Partagez | 
 

 « Another day in another life » - Katie P.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Célébrité : Eoin Macken
Camp : Camelot
Messages : 94
Je suis arrivé(e) le : 20/05/2014
Age : 32
Localisation : Rabbit Hole
Emploi/loisirs : bouc émissaire à plein temps

Prénom et nom (2e perso) : Gauvain d'Orcanie

MessageSujet: « Another day in another life » - Katie P.   Sam 24 Mai - 22:03


ANOTHER DAY IN ANOTHER LIFE



« U
n, deux, trois... Dix... Vingt deux... Trente huit
 » Un bruit sourd se fit entendre,  quelque chose de lourd qu'on laissait tomber par terre. « Mais bordel ! C'est qui qui m'a foutu des mains pareilles ?! » grognait Jackson après avoir laissé échapper un fut de bière blonde sur le sol de la réserve. Agacé, il redressa le fut avant de le prendre dans ses bras et sortir avec de la réserve.  Donnant un coup de pied dans le bas de la porte, il ouvrit celle-ci à la volé, manquant de se la prendre dans la figure en retour mais il esquiva avec un certain manque de grâce au vu de ce qu'il avait dans les bras. Il marchait en esquivant les chaises et les tables, passant derrière le comptoir pour installer le fut sous la pompe à bière. Après quoi il attrapa un verre de bière propre  afin de voir si tout fonctionnait parfaitement. Il abaissait le levier pour faire couler le liquide ambré, mais il y avait plus de mousse que de bière, aussi dût-il répéter l'opération plusieurs fois afin que l'écoulement s'effectue correctement. Après ça, il rinça le verre un coup avant de le mettre à sécher à côté du petit évier. Son regard se balada sur le bar encore vide. Il avait encore deux heures devant lui avait l'ouverture du  soir. Allumant la musique, il se cala un p'tit Johnny Cash histoire de bosser à la cool. Il attrapa une éponge, passant un coup sur le comptoir,  plus par habitude que par utilité. Il se mit à siffloter joyeusement, suivant la mélodie de la musique, chantant le refrain en balançant la tête d'avant en arrière.
A le voir ainsi, il était difficile d'imaginer qu'il puisse un jour avoir été un chevalier de légende arthurienne en la personne de Gauvain d'Orcanie, fils du roi Lot. D'autant plus qu'il semblait parfois malhabile, alors savoir qu'il maniait l'épée à merveille prenait à nos yeux la forme d'une blague. Hors, il avait été chevalier de la Table Ronde – en un autre lieu, en un autre temps – sous le règne du roi Arthur. Mais oui, tout le monde sait que le Roi Arthur n'a jamais existé, c'était tout au  plus un chef de guerre qui avait botté le train des anglo-saxons en échange d'un peu d'or, dans les Cornouailles d'après certains écris. Jack, lui, et bien il était la patron du Rabbit Hole, un bar pas toujours fréquentable mais il fallait connaître les habitués, car au finale on s'y sentait comme à la maison, en famille. La bonne entente, quelques chamailleries et en fin de compte on oubliait tous les malheurs du monde autour d'un verre ou plusieurs. Sans compter la bonne humeur légendaire du gérant, toujours à l'affût de la moindre blague. Bien qu'actuellement il se montrait capable de travailler comme n'importe qui,  quand il n'y avait  personne pour le regarde se donner en spectacle, cette espèce de Showman en représentation permanent, pour vu qu'il parvenait à arracher un sourire à quelqu'un. Aussi pour ne pas l'encourager, il était conseillé de soit ne pas le regarder, soit de se retenir de rigoler. L'un dans l'autre de toute façon, tous les moyens étaient bon pour trouver un prétexte à rire. La conséquence de toute ça ? Jack donnait l'impression d'être un personnage immature, un éternel adolescent qui n'aurait pas envie de devenir adulte. Parce qu'un jour il se réveillerait et devant lui il aurait la figure ridée d'un vieillard. Tout était bon pour oublier le temps qui passe.
Le torchon sur l'épaule, Jack attrapa son paquet de cigarettes pour s'en griller une. Calant sa clope entre ses lèvres, il cherchait son briquet, fouillant dans tous les tiroirs sans parvenir à mettre la main dessus. Il lui semblait pourtant l'avoir posé par là. Il fouilla dans ses poches n'est n'y trouvait que son téléphone et un billet de 5£. Il regarda dans ses chaussures, au cas où il aurait eut l'idée folle de le mettre là mais toujours rien. Poussant un soupire exaspéré, il tenta de se rabattre sur une quelconque boite d'allumettes. Comme par hasard il n'y en avait pas non plus ! Où diable elles avaient bien pu filer ses emmerdeuses ? Prenant la cigarette entre ses doigts, il poussa un nouveau soupire avant de reprendre son souffle « Katie ! » dit-il d'une voix forte avant d’enchaîner après une courte pose pour entendre une quelconque réponse de son employé « Katie Jolie ! T'as du feu ? » A coup sûr cela lui faudrait un pique ou deux de la part de la jeune femme, mais l'un comme l'autre ils avaient l'habitude. Jetant un coup d'yeux à l'horloge mural, il surveillait l'heure. Remettant la cigarette entre ses lèvres, il s'assit sur le meuble derrière lui, écartant ses jambes pour pouvoir ouvrir le tiroir juste en dessous et choper son téléphone dedans. Il répondit à un message de Tom avant ranger le portable, tournant la tête pour voir d'où surgirait Katie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Célébrité : Tabrett Bethell
Camp : Bien
Messages : 136
Je suis arrivé(e) le : 20/05/2014
Localisation : Centre-Ville
Emploi/loisirs : Barmaid - Rabbit Hole
Humeur : Massacrante


" Mord-Sith believe emotions must be governed.
Sadness, remorse, love...
These feelings make you weak.
But anger, loyalty, pride...
These feelings make you powerful. "
─ Cara Mason.


Prénom et nom (2e perso) : Cara Mason - Mord Sith

MessageSujet: Re: « Another day in another life » - Katie P.   Dim 25 Mai - 18:25

Le ciel est sans nuage. Les rayons du soleil passent par ma fenêtre et me réveillent. Je sors du lit et vais sous la douche. Quand je sors, je sèche mes cheveux puis me coiffe convenablement pour me préparer pour la soirée qui m’attend. Ensuite, je m’habille et sors de ma chambre, découvrant le même décor brun et beige habituel. Sean est à la cuisine en train de cuisiner son repas d’avance. « Tu sors ce soir ? » me dit-il. Sans un sourire, sérieuse comme à mon habitude, j'ouvre mon sac pour vérifier si mes clés et mon téléphone s'y trouvent. « Je vais au Rabbit Hole. » Je trouve ce que je cherchais, referme mon sac à main et regarde mon coloc. Je sens la bonne odeur de la sauce qu’il prépare, bien que j’ignore ce que c’est. « D'accord. Je dois t'attendre pour quelle heure ? » Je le dévisage, n'aimant pas être traitée comme une enfant. Pourtant, je sais qu’il se sent seulement concerné et qu’il tient à moi. Je me demande cependant s’il sait que je sais me défendre toute seule. « Ne m'attend pas. J'irai me glisser sous ta couverture pour te prévenir de mon retour. » Sarcasme ? Il le sait autant que moi. Néanmoins, je sens qu'il a un léger doute, comme toujours. Je ne souris pas, pour changer. « Je ne suis plus une petite fille. J'ai mes clés, alors tu pourras verrouiller et aller dormir. » Il verse ses pâtes dans une passoire. « Sois prudente alors. » Je soupire et ne répond même pas. Je me retourne, me dirige vers la porte, prend mon petit veston de cuir rouge vin, au cas où la nuit serait froide, et quitte pour le travail.

Les gens sur la rue m’énervent tous. Les couples encore plus. Ces gens sont tous aveugles et bêtes. C’est ainsi que je le vois en tout cas. Pourtant, le voisinage ne peut s’empêcher de croire que je suis en couple avec Sean. « Katie » et « Couple » ne riment pas dans mon vocabulaire. Ils ne s’accordent pas ensemble. C’est aussi impossible que de placer deux voyelles une à côté de l’autre. Bref, je regarde autour. J’ai l’impression de vivre un mensonge, l’impression de n’être pas faite pour la vie qu’on m’a donnée. J’ai l’impression qu’un plus grand destin m’attend quelque part, et pourtant quelque chose me retient ici, sans savoir ce que ça peut bien être. Il faut dire que je n’ai jamais prit la peine de chercher non plus. Je m’énerve moi-même, encore plus que les couples m’énervent. Quelqu’un me regarde, je le dévisage derrière mes lunettes fumées. J’ai envie de l’envoyer balader, mais je me retiens, parce que mes mots sont trop précieux pour être gaspillés sur un inconnu. Je passe à côté d’une vieille dame qui me souris, je l’ignore. Je prends mon téléphone portable dans mon sac et le regarde, parce que je n’ai rien de mieux à faire. Je n’ai rien à regarder alors je le remets dans mon sac. Je pousse un soupir, embêtée. Suis-je malheureuse dans ma vie ? Pas vraiment. Juste lassée de vivre cette routine ennuyante. J’ai déjà hâte que la soirée commence afin de me tenir occupée et m’empêcher de trop réfléchir.

La porte du Rabbit Hole est déverrouillée, le patron est déjà là. Je vais déposer mon sac sous le comptoir, à sa place habituelle, et je vais accrocher mon veston de cuir. Je salue Jackson. Ensuite, je me mets au travail. Je prends le plateau avec les feuilles d'inventaire. Je vais ensuite dans la réserve et commence à compter les bouteilles de bière et de fort, ainsi que le jus et les boissons gazeuses qu'il reste. Jack entre et s'occupe de la machine de fût et l'échappe. Au lieu de l'aider, je le regarde jurer, sourcil arqué, profitant du spectacle avec un sourire en coin. Je trouve ça amusant, mais pas assez pour me distraire plus longtemps de mon travail. Je me retourne donc et continue de compter. Au moment où j'achève, j'entends mon nom résonner dans le silence de l'édifice. Mon corps ne bouge pas. Seul mon regard se tourne vers le côté. Je repose ensuite mon regard et compte les dernières bouteilles qu'il reste. J'entends mon nom à nouveau, accompagné d’une question, pendant que j'écris les derniers chiffres sur la feuille. Je me retourne ensuite et sort de la réserve pour me diriger vers le comptoir. « C'est pour te faire rôtir ? » Je dépose le plateau et les feuilles sur le comptoir avant de m'y appuyer et regarder de mon regard amusé mon patron, sourire en coin.








Tu fais un seul commentaire sur ma robe et je te cogne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Célébrité : Eoin Macken
Camp : Camelot
Messages : 94
Je suis arrivé(e) le : 20/05/2014
Age : 32
Localisation : Rabbit Hole
Emploi/loisirs : bouc émissaire à plein temps

Prénom et nom (2e perso) : Gauvain d'Orcanie

MessageSujet: Re: « Another day in another life » - Katie P.   Sam 31 Mai - 17:01

A
lors oui, il s'attendait forcément à quelques piques de la part de Katie, après tout dès qu'il ouvrait la bouche les sujets étaient prétextes à boutades avec lui. Jack était une cible, mais il l'avait lui même peint sur sa tête et il préférait largement qu'on s'en prenne à lui qu'aux autres. D'un autre temps, on aurait dit qu'il était  le genre de personnage souhaitable pour œuvrer à la diversion. Ici à Fabulis City, c'était un divertisseur parfois absurde. Alors, qu'elle sorti de la réserve pour lui poser la question, Jack n'eut d'autre réponse qu'un équivalant à la blague de la barmaid, voire peut-être plus élevé ou plus loin... Too far away. « Oui tu vois, j'viens de me vider un fut de bière sur la tête » dit-il en imitant le geste avant de s'armer d'une briquet invisible « Et puis j'avais dans l'idée de me faire crâmer comme une vieille merde. » Jack mimait le geste du feu qu'on allumer pour simuler quelqu'un entrain de s'incendier volontairement. « Enfin j'avais aussi l'idée de faire des grillades, un poulet flambé au whisky ou au rhum brun, j'ai toujours voulu tester. » A question bête, réponse bête, c'était la loin du comique et de l'absurde. Tout du moins de l'absurde selon Jackson.  Ce dernier suivait le rythme de la musique avec sa tête, se mettait à jouer de la Air Guitare sur Ghost Riders in the sky de Johnny Cash, reprenant le refrain en cœur avant de mettre sa paire de Ray Ban sur le nez et jouer les cowboys, ses doigts se baladant sur les cordes inexistantes. Il s'imaginait sur sa monture au grand galop dans les grandes plaines de l'ouest américain, un aigle planait au dessus de lui et au moins les chants de guerre des amérindiens. Le soleil ou la nuit, jamais il ne s'arrêtait, il galopait jusqu'à la mer, pour voir l'horizon s'ouvrir sur le Pacifique. Il sauta d'y meuble où il s'était perché, continuant de jouer de cette maudite guitare invisible. Inutile alors de faire comprendre à Katie qu'il voulait s'allumer une clope et la griller en attendant l'ouverture du bar. Puis il s'était bien mérité une p'tite pause, c'était lourd un fut de bière ! Surtout que celui là avait donné plus de mousse qu'à  l'accoutumé à cause de sa chute dans la réserve, bon c'était de sa faute... Mais ça ne l'empêchait pas de s'offrir une récompense. Cigarette toujours au bec, Jack chantait en play-back, l'articulant que d'un côté de la bouche pour ne pas la faire tomber.

Décidément, cet homme était irrécupérable. Il s'était approché de Katie et chantait pour ses beaux yeux avec un pur accent américain « Ghooost Riders in... The Skyyyy. » La pauvre avait fini par prendre l'habitude d'avoir un patron complètement cinglé, plus prompte à boire un coup avec ses meilleurs potes qu'à aller porter la carte des desserts aux clients. Ce qui tombait bien puisqu'ils n'avaient pas de carte des desserts, c'était un bar, pas un restaurant. A la fin de la chanson, il posa ses deux mains sur le comptoir, baissant ses lunettes sur son nez, et comme s'il voulait lui faire un bisou, il amena ses lèvres en avant et par conséquent la cigarette avec pour qu'elle puisse la lui allumer si par le plus grand des hasard elle avait un briquet sur elle. Mais tout cela relevait du hasard pur, il fallait en convenir, aussi pouvait-il paraître des plus ridicules, mais il s'en foutait pas mal, c'était marrant. Grand gamin qu'il était, c'était important de s'amuser dans n'importe quelle situation. Comme ça au moins Katie aurait une nouvelle raison de se foutre de sa gueule.








❝ WANTED - DEAD OR ALIVE ❞
« Si vous vous retrouvez tout seul, chevauchant de verts pâturages avec le soleil sur le visage, n’en soyez pas troublé, car vous êtes au Champ Elyseum et vous êtes déjà morts. » gladiator - PEPPERLAND ©️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Célébrité : Tabrett Bethell
Camp : Bien
Messages : 136
Je suis arrivé(e) le : 20/05/2014
Localisation : Centre-Ville
Emploi/loisirs : Barmaid - Rabbit Hole
Humeur : Massacrante


" Mord-Sith believe emotions must be governed.
Sadness, remorse, love...
These feelings make you weak.
But anger, loyalty, pride...
These feelings make you powerful. "
─ Cara Mason.


Prénom et nom (2e perso) : Cara Mason - Mord Sith

MessageSujet: Re: « Another day in another life » - Katie P.   Mer 4 Juin - 4:25

Sur le coup, je suis amusée par la réponse du patron. Mais la suite me fait perdre mon sourire. Déjà, je n’aimais pas Johnny Cash. Je ne me souvenais même pas avoir déjà apprécié la musique non seulement. Et si je n’aime pas la musique, j’aime encore moins quand c’est le patron qui me casse les oreilles.  Je croise les bras en me redressant, regardant le patron, un sourcil arqué. J’attends. J’attends encore. J’attends qu’il s’arrête pour finalement relaxer et profiter du calme. Par contre, c’est difficile avec Jackson.

Peut-on avoir l’air plus ridicule ? Même un enfant – et dieu sait que je les aime autant que la musique – n’a pas l’air aussi ridicule. Si Jackson est amusant à ses heures, il sait m’énerver tout autant. Est-ce moi qui suis bipolaire, ou bien lui qui est réellement fatiguant ? Après tout, j’ai parfois l’impression d’être sa baby-sitter, travaillant dans une garderie pour alcoolique, à écouter les histoires de tous ces gens dépressifs qui deviennent un peu trop heureux une fois qu’ils ont bu la goutte de trop. Suis-je une bonne barmaid ? Je l’ignore, mais pour payer le loyer, c’est le prix à payer. Il faut payer pour pouvoir gagner l’argent pour payer le loyer. Quelle ironie !

Le patron se perche sur un meuble, jouant de l’Air Guitar comme un fan de musique métal. Je me demande alors s’il joue véritablement de la guitare, et s’il a l’air de ça quand il en joue. Si oui, jamais je n’irai voir l’un de ses spectacles. De toute façon, pourquoi irais-je perdre mon temps à aller regarder et écouter un show musical ? Le suicide, ce n’est pas mon genre. Je suis plutôt le genre de femme qui mourra dans une bagarre, ou un hold-up. Enfin, une situation où l’action est à son plein, une situation digne de moi.

Je ne sais pas d’ailleurs d’où me vient cette envie d’action. Ma vie se trouve à être si vide de sens, si morne, si ordinaire. Je ne suis pas triste, mais je ne suis pas heureuse. Est-ce que j’ai des rêves ? Non, je n’en ai aucun. C’est pourtant ce qui me manque dans la vie : un but ultime à poursuivre. Pour l’instant, j’ai l’impression de vivre seulement pour Sean, mon colocataire, le seul homme qui puisse me lire comme un livre ouvert.

Les secondes s’éternisent. Je me redresse un peu et pose les mains sur mes hanches. Je retiens un très léger sourire en attendant qu’il cesse de faire l’andouille. Celui-ci finit par se rapprocher. Je ne dis rien. Je ne fais qu’hausse un sourcil et regarde ailleurs. Mon regard montre de la colère, mes lèvres montrent autre chose. J’affiche le léger sourire que je retenais en le regardant. Je le regarde se rapprocher le visage comme s’il allait m’embrasser. Je ne dis toujours rien, attendant un peu rien que pour le laisser avoir l’air d’un idiot un peu plus longtemps. C’était dommage par contre que personne ne soit là pour le voir. Je ne suis pas pressée, mon inventaire étant fait. Il ne me reste plus qu’à indiquer à Jackson ce qu’il faut commander.

En attendant, je continue de le regarder, jusqu’à ce que je perde moi-même patience, avant lui. « Allez Gringalet. Je t’allume si tu promets de ne jamais faire un spectacle du genre devant les clients. Je tiens à mon travail quand même. » J'ai choisi mes mots soigneusements, le laissant trouver le double sens par lui-même. Je souris en coin, le regard toujours pareil, puis je passe de l’autre côté du comptoir et je prends mon sac à l’endroit où je l’ai rangé. Je le pose sur le comptoir avant de fouiller dedans pour y trouver un briquet. Je ne fume pas, mais avoir du feu sur soi est toujours pratique. Je regarde mon patron et je lui allume sa cigarette. Je range le briquet puis mon sac à son endroit initial et prend le plateau d’inventaire.








Tu fais un seul commentaire sur ma robe et je te cogne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Célébrité : Eoin Macken
Camp : Camelot
Messages : 94
Je suis arrivé(e) le : 20/05/2014
Age : 32
Localisation : Rabbit Hole
Emploi/loisirs : bouc émissaire à plein temps

Prénom et nom (2e perso) : Gauvain d'Orcanie

MessageSujet: Re: « Another day in another life » - Katie P.   Lun 9 Juin - 11:58

B
on, il ne fallait pas faire attention à l'éternelle apparente mauvaise humeur de la blonde en face de lui, sinon oui on aurait envie de la claquer contre un mur pour il exploser la boite crânienne. Il ne fallait pas non plus faire cas de son humour douteux pas aussi développé que celui de Jack. Bref, malgré sa multitude de défaut, elle savait servir les clients, plus ou moins avec le sourire, c'était relativement le plus important dans ce job là. Du coup Jack avait su passer au dessus de ces petites détails qui, pour la plus part des hommes, auraient été des énormes problèmes.
Clope allumée, Jackson haussa les épaules « J'ai pas encore signé de contrat pour de la presta musicale. Un jour peut-être. » Ouais mettre une scène dans le fond de la salle, concert deux fois par semaines, soit le vendredi et le samedi soir. A l'affiche des groupes de la ville, histoire de motiver les jeunes et les moins jeunes à se bouger un peu. Décidément, ce bar lui donnait toujours autant d'idée. Après est-ce qu'il aurait de les lancer ? Ça c'était une toute autre chose. Parce que quand il disait peut-être, c'était dans longtemps, très longtemps.

Regardant l'heure, Jackson souffla la fumer de sa cigarette à la façon d'une locomotive, poussant ensuite un profond soupire. Parce que oui, s'il était joyeux tout le temps, c'est que dans le fond y avait chez lui comme un grand vide dans sa vie. Certes, cela pouvait être con à dire, mais c'était bel et bien le cas, il lui manquait un truc pour faire battre son p'tit cœur. Pas faute de chercher par tous les moyens à trouver ce qui pouvait bien le faire vibrer. Fallait donc pas s'étonner qu'il fasse le con à longueur de temps. Puis avec une tête pareil, on pouvait pas lui en vouloir.
Jack alla rejoindre son perchoir, choppant son téléphone pour voir s'il avait pas de messages. Pas de réponse de Tom pour l'heure, mais à la place un p'tit coucou de Hedwige qui lui arracha un sourire rêveur. Ce soir boulot, mais promis demain journée connerie, c'était le minimum pour rester de bonne humeur dans ce monde de brute. Joyeusement, il textotait sa réponse à sa pote avant de reposer son téléphone. Mais voilà que revenait le vague à l'âme tandis qu'il observait Katie travailler. « Dis moi, demain midi tu peux gérer le bar ? » demanda-t-il. Certainement qu'elle allait lui dire oui et/ou qu'elle allait lui demander pourquoi. Ou alors peut-être qu'elle le f'rait pas. Les hypothèses ne manquaient pas, mais la seule réponse qu'il attendant s'était un oui. Pour vrai c'était con de lâcher le service juste parce qu'il devait passer du temps avec quelqu'un, en l’occurrence une femme. Mais bon, on finissait tous pas s'habituer au coup de tête du patron, surtout que celui là était vraiment pas le plus chiant du monde. Franchement y avait pire, genre Mr Gold. Alors là vraiment oui ça devait être l'horreur de l'avoir en patron il était aussi aimable qu'un tronc d'arbre. Encore qu'un arbre c'était beaucoup plus cool que lui et c'était utile. Enfin Jack disait ça... il disait rien hein.

Ses jambes s'agitaient dans le vide, bien vite il avait ressembler de nouveau à un enfant. Mais ça aussi il s'en foutait. Sans doute aussi qu'il se foutait de pas mal de chose mais qu'est-ce qu'on pouvait bien y faire ? C'était Jackson, y avait pas grand chose pour lui faire changer d'avis à par lui même, parce que c'était une saleté de girouette. Est-ce qu'on pouvait lui en vouloir ? Non fallait passer au dessus de tout ça quoi qu'il arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « Another day in another life » - Katie P.   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Another day in another life » - Katie P.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: The Rabbit Hole-